• Wicca -sortilèges et prières


    La science sait, depuis le début du siècle dernier, que le monde matériel n’est pas fait de matière, qui est relativement stable, mais d’énergie, qui est très fluide. Dans la Wicca, on considère que cette énergie, qui forme toutes les choses et tous les êtres et qui relie toutes les choses entre elles, fait partie du divin. Nous puisons dans cette énergie lorsque nous nous efforçons de nous rapprocher de nos dieux, ou lorsque nous pratiquons la Magie. La Magie est un outil que nous employons pour agir sur cette énergie, qui est le niveau subtil de la réalité. De la même façon qu’un caillou jeté dans une mare va créer des vagues à la surface de l’eau, les influences que l’on imprime sur le subtil vont créer des vagues à la surface de la réalité. Ainsi, si l’on veut que quelque chose se manifeste dans la réalité, il faut commencer par stimuler le niveau subtil pour favoriser cette potentialité.

    Si la plupart des wiccans nomment Magie tous les travaux faisant appel à l’énergie (qu’il s’agisse d’un sortilège, de la formation du cercle, ou d’un rite religieux), d’autres en revanche pensent que le mot Magie ne désigne que la pratique des sortilèges ou des rituels.
    Le monde moderne matérialiste s’évertue à répéter que la magie est une superstition un peu sotte, et il est vrai que la perception que certains ont de la magie correspond assez à cette affirmation. Personne ne fera jamais sortir des boules de feu du bout de ses doigts, et vous n’allez pas gagner la super cagnotte du loto parce que vous avez allumé une bougie verte !  La Magie ne fonctionne pas comme ça, elle n’est pas là pour résoudre tous les problèmes et les défis de la vie, ni pour se substituer à la reconnaissance et à l’acceptation de nos responsabilités. Ce ne sont pas les mots ou les gestes qui rendent la Magie effective, mais le pouvoir de la volonté qui les accompagne. Pour reprendre la métaphore du caillou dans l’eau, ce n’est pas le caillou qui fait naître des vagues à la surface de l’eau, mais le fait d’avoir, par ma volonté, donné l’impulsion au caillou.

    Toute pratique spirituelle est magique, car c’est un acte de transformation, donc un acte magique. La prière est aussi une forme de Magie, les deux relevant du même processus transformateur, même si l’approche est différente : la prière est une demande alors que la magie est un ordre.
    La prière nécessite la sincérité et une certaine humilité, car on reconnaît implicitement qu’au bout du compte, c’est la divinité à laquelle on s’adresse qui décidera de nous exaucer ou pas.
    La Magie, étant une expression de la volonté, requiert un commandement. Il n’y a pas de place pour "s’il vous plaît" ni pour "si la Déesse le veut", parce qu’un tel état d’esprit met en doute et dilue la volonté. De même, lorsqu’on pratique un rituel au nom d’une divinité spécifique (par exemple "Au nom d’Hécate, je veux que..."), cela doit être considéré comme un ordre que vous donnez de la part d’Hécate, et non comme l’espoir qu’Hécate va s’occuper de ce que vous demandez (dans ce cas, c’est une prière qu’il aurait fallu adresser à Hécate).


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :