• Wicca et pentagrame


    Le pentagramme, ou étoile à cinq branches, est l'un des symboles les plus employés par les sorciers et mages, qui l'utilisent généralement comme symbole de leurs croyances. Il s'est, de nos jours, si largement développé qu'on le retrouve sur de nombreux outils magiques, sur les autels, etc, sous différentes formes : plaques de bois ou de métal, gravé dans les outils, bijoux, représentations diverses sur les textiles... Ndlt : Beaucoup de gens, de nos jours, confondent pentacle et pentagramme. Le pentagramme est une étoile à cinq branches, tandis que le pentacle est un pentagramme entouré d'un cercle.

    La raison pour laquelle le pentagramme est considéré comme LE symbole magique est parce que ses 5 pointes représentent généralement les 4 Eléments de la Vie (Eau, Terre, Air et Feu), plus l'Esprit (ou Ether/Aether), l'invisible, ce qui se cache au-delà et la source du pouvoir occulte. Pour cette raison, le pentagramme est tout d'abord représenté avec la pointe en haut, celle-ci représentant l'Esprit présidant au dessus des 4 autres : C'est l'Esprit régissant le monde de la Matière, l'Esprit au dessus de l'homme. Dans le pentacle, le cercle entourant l'étoile à cinq branches symbolise l'univers, ou l'Oeuf Cosmique (celui-ci représente symboliquement le germe contenant l'univers en puissance. Il symbolise le cyclisme de la nature, la possibilité de renaissance cyclique du monde.) L'éclosion de l'œuf donne naissance à l'Univers. Symboliquement, le pentacle représente également le fait que l'homme se trouve dans le microcosme (petit monde, à son échelle), au sein du macrocosme (l'univers, considéré comme un tout). Il nous mène à la recherche de la spiritualité, de l'invisible : l'Esprit est au delà de l'Homme, il était là bien avant, il gouverne. Lorsqu'il est inversé, en revanche, le pentacle représente toujours le microcosme et le macrocosme, mais il appuie d'avantage la symbolique que l'Homme se place avant l'esprit : il recherche la prédominance de la Matière sur l'Esprit, induisant la perte des Mystères dans notre conquête du monde. Mais ce n'est que plus tard que ce symbole a été pris en compte.

    Le pentagramme a longtemps été associé à de nombreuses croyances et tradition : Wicca, sorcellerie, magie... C'est la représentation graphique d'une étoile la plus simple qui puisse être dessinée d'un seul trait. On l'appelle parfois aussi le "noeud sans fin" à cause de cela justement : le pentagramme peut être dessiné sans lever le stylo de la feuille tout en requiérant une certaine concentration et une certaine attention pour dessiner une figure géométriquement correcte. D'autres appellations se sont développées un peu partout dans le monde, telles que la "Croix du Lutin", "le Pentalpha" (voir plus bas), "le Pied de la Sorcière", "l'Étoile du Démon", "le Pied du Druide" et "le Sceau de Salomon" (qu'il est plus approprié de caractériser par un hexagramme).

    On a longtemps cru que le pentagramme était un puissant gardien contre le mal et les entités néfastes, mais également un symbole de protection efficace et il était également parfois porté pour apporter à son possesseur un peu de joie. Une vieille chanson populaire nommée en anglais "Green Grow the Rushes-O!" fait allusion à la fonction du pentagramme, que l'on retrouvait parfois dessiné ou gravé sur les portes et les fenêtres : "Five is the symbol at your door." ("cinq est le symbole à ta porte"). Représenté sur les maisons, servait effectivement de "bouclier" contre le mal.

    Le pouvoir et les différents sens que l'on a pu donner au pentagramme ont évolué au fil du temps. Aujourd'hui, c'est un symbole très répandu utilisé par les wiccans et les néo-païens, avec beaucoup de symbolismes, bien que la majorité d'entre eux semblent être d'origine assez récente (voir plus bas).

    Avant l'époque de l'inquisition et des bûchers de sorcières, aucune association "maléfique" n'était faite avec le pentagramme. Au contraire, sa forme suggérait une notion de vérité, de mysticisme religieux et d'oeuvre du Créateur. L'empereur Constantin I qui, après avoir obtenu l'aide militaire et religieuse de l'Eglise chrétienne dans sa conquête de l'Empire Romain, en 312 de notre ère, a ajouté le pentagramme, associé au le symbole chi-rho (une forme symbolique de la croix) à son sceau.

    Au cours de la longue période de l'Inquisition, on a connu nombre de mensonges et de fausses accusations dans le but de venir à bout de l'"hérésie". L'Eglise s'est longtemps opposée au mal, créant parfois des figures maléfiques au travers de certains symboles qui n'étaient pourtant pas reliés à ce dernier à l'origine. Ainsi, on a pu voir le pentagramme accompagné d'une tête de chèvre ou de démon symboliser Baphomet. Les Templiers ont justement été accusés par l'Inquisition de le vénérer. A cette période, le meurtre par empoisonnement s'est également généralisé. Les puissantes herbes et les médicaments rapportés de l'Est pendant les Croisades étaient entrés dans les pharmacopées des guérisseurs et des sages-femmes : les sorcières... Le nombre de morts par empoisonnement grandissant on ainsi attiré l'attention des Dominicains de l'Inquisition sur les sorcières païennes qui, bien qu'officiellement chrétiennes, continuaient de croire en la Vieille Relion. Parmi elles se trouvaient donc les sages-femmes qui utilisaient couramment ces médicaments et drogues et qui en connaissaient les vertus médicinales.

    Dans le panthéon des sorcières, d'autres Dieux tels que Pan se sont vus assimilés au Démon (concept chrétien) et le pentagramme, poutant jusqu'à présent symbole populaire de sécurité, pour la première fois dans l'histoire, s'est vu assimilé au "mal" et a été appelé le "Pied de la Sorcière". La Vieille Religion et ses symboles sont passés alors dans la clandestinité, par peur de la persécution de l'Église et, progressivement, ils y sont restés, se faisant silencieux et se perdant peu à peu aux yeux du peuple. Dans les sociétés secrètes faites d'artisans et d'intellectuels, loin de l'Eglise et de sa paranoïa, commença à se développer la science de l'Alchimie, amenant avec elle sa philosophie occulte et son symbolisme secret. Lors de l'émergeance de la Renaissance, les symboles graphiques et géométriques étaient à nouveau redevenus très importants. Le concept du microcosme de l'homme comme analogie au macrocosme, l'univers de l'Esprit et de la Matière, devinrent une part non négligeable de l'enseignement occulte occidental, tout comme il l'avait longtemps été dans les traditions orientales. "Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas". Ainsi, le pentagramme, l'"étoile du Microcosme", symbolisa l'Homme dans le Microcosme en analogie avec le Macrocosme.

    De même, le pentagramme à l'endroit ressemble à la position d'un homme dont les bras et les jambes seraient écartés (ndlt : Je vous renvoie à l'article rédigé à ce propos sur ce présent site) On en trouve une représentation dans le "Calendarium Naturale Magicum Perpetuum" de Tycho Brahe (1582) dans lequel on peut voir un corps humain dans cette position accompagné des lettres hébreuses pour "YHSVH", associé aux éléments. Une illustration attribuée à son contemporain Agripa (Henri Cornelius Agrippa de Nettesheim) comporte les mêmes proportions et montre les 5 planètes aux 5 branches de l'étoile et la lune en son centre, au niveau des parties génitales. A la même période, d'autres illustrations, dont celles de Robert Fludd ou encore de Léonard de Vinci montrent cette relation géométrique entre l'homme et l'univers.

    Ce n'est pourtant pas avant la fin des années 1960 que le pentagramme est redevenu une amulette, un symbole digne d'être porté. En parallèle avec l'attraît grandissant de la population pour la sorcellerie et la Wicca, beaucoup de livres sur le sujet ont été publiés (dont certains romans). S'est alors développé un culte diabolique, the "Church of Satan" (l'Eglise de Satan), par Anton La Vey, adoptant le pentagramme d'Eliphas Levi, celui comportant la représentation de Baphomet, comme emblème. En réaction à cela, l'église Chrétienne associa au mal toute personne portant le pentagramme et condamna également le symbole lui-même. C'est un peu ce qui s'est passé aussi après-guerre avec la swastika.

    La distinction entre pentagramme à l'endroit et pentagramme à l'envers est devenue encore plus marquée dans l'esprit des païens, et mena au concept de magie "blanche" et de magie "noire". Ceux ayant intégré le fort concept éthique wiccan, issu du Rede : "An it harm none, do what you will" ("fais ce que tu veux tant que tu ne fais de mal à personne) n'ont pas voulu se retrouver assimilés aux pratiquants du satanisme dont la philosophie était de croire en une domination de l'esprit par la matière (symbolisme du pentacle inversé). Dorénavant, et en dépit des différentes utilisations du pentagramme dans l'initiation gardnerienne, d'autres wiccans, notamment aux Etats Unis ou le fondamentalisme chrétien était particulièrement agressif envers ceux qui ne partagaient pas leurs opinions, se sont élevés contre l'utilisation du symbole, peu importait son usage. Il est triste de remarquer que, dans certaines traditions, l'utilisation même du pentagramme à l'endroit est signe de discriminations au sein même de la communauté païenne. Partout ailleurs, pour tous les autres, le pentagramme et le pentacle sont finalement devenus des symboles néo-païens et wiccans très ancrés, acquiérant encore beaucoup d'autres aspects mystiques parfois considérés aujourd'hui comme appartenant au folklore ancien.


  • Commentaires

    1
    PATTY69
    Mercredi 2 Décembre 2009 à 15:35
    Merci pour tes compliments
    2
    biribibi Profil de biribibi
    Mercredi 2 Décembre 2009 à 15:36
    Merci pour tes compliments
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :