• Terre

    La Terre, berceau de la vie

    Notre planète, la Terre, troisième planète du système solaire, la plus grande des planètes telluriques (avec 12700 km de diamètre), est le lieu unique d'un miracle inconnu ailleurs dans le système solaire et probablement dans l'immense majorité de l'univers : la Terre est la seule à abriter une biosphère.
    Cette biosphère, nom scientifique de la Vie, doit son existence à de multiples facteurs que nous allons voir.

    Mais d'abord qu'est-ce que la vie ? Un être vivant est une forme auto-organisée, homéostatique (capacité de conserver son équilibre interne en dépit des pressions extérieures, elle se caractérise par la capacité d'échange avec l'environnement), produisant de l'énergie, capable de se reproduire et d'évoluer. Les êtres vivants vont de la simple cellule aux organismes complexes, intelligents, raisonnants et émotifs que sont les animaux dont nous faisons partie. Cette vie serait apparue il y a plus de 3,5 milliards d'années, née dans la mer fécondée par les comètes.

    La première condition de la vie (telle que nous la connaissons du moins !) est la présence d'eau à l'état liquide. La Terre est la seule à posséder une hydrosphère, elle est couverte à plus de 3/4 de mers et d'océans. La Terre possède un système unique de traitement de l'eau : celle-ci s'évapore grâce à la douce chaleur du Soleil puis se condense en nuages qui iront arroser les terres et nourrir les nappes phréatiques souterraines. De ces dernières sortiront les sources qui donneront les rivières et les fleuves, fertilisant les continents pour revenir enfin dans la mer. Pourquoi la Terre a-t-elle la chance de posséder cette hydrosphère ?
    Tout d'abord parce qu'elle se trouve à une distance raisonnable du Soleil. En effet, grâce à cette place privilégiée, la Terre a une température d'environ 27 degrés, homogène car les différences de température sont raisonnables (comparons nous à Mercure qui perd 600 degrés du jour à la nuit !).
    La force de gravité de la Terre, sa masse, son magnétisme participent aussi à ce maintien de la température. Notons que la Terre est la planète tellurique qui possède le plus important champ magnétique et la plus grande force de gravité, ce qui permet de conserver son hydrosphère et son atmosphère.

    Son atmosphère, contrairement à Mars et Vénus n'est pas constituée majoritairement de CO2 mais d'azote (75%) et surtout d'oxygène (25%). Et pourtant, à l'origine, la Terre avait la même atmosphère que ses voisines. Ce sont les premières formes de vie végétale qui ont permis cette transformation : en utilisant la photosynthèse, les premières plantes qui vivaient dans la mer primitive ont converti la lumière du Soleil en sucre, rejetant l'oxygène, cet oxygène indispensable aux formes de vie complexes qui peuplent la terre.
    L'atmosphère terrestre possède une couche d'ozone en très haute altitude (entre 20 et 50 km), ce gaz, polluant quand on le trouve près des formes de vie, est salvateur là haut : il permet de filtrer les rayons UV du Soleil qui brûleraient les organismes (on voit que notre planète sait nous protéger des excès du Soleil, de même qu’avec sa magnétosphère faisant bouclier aux vents solaires).

    L'association de notre hydrosphère (la mer) et de notre atmosphère (le ciel) donne à la Terre cette couleur bleue caractéristique. Dans le système solaire, seules deux autres planètes sont bleues : Uranus, dieu du Ciel, et Neptune, dieu de la mer, comme par hasard.

    La Terre est en perpétuel mouvement. Comme Vénus, elle possède un tellurisme important : ses plaques tectoniques déplacent les continents, remodelant sa surface, créant les montagnes et les vallées. Puis par la mer, par le vent, l'érosion remodèle encore ce paysage. La Terre change d'aspect au fil des siècles. Le volcanisme renvoie la lave issue du centre de notre planète, refertilisant encore, recyclant les matières.
    Ceci est expliqué par la composition interne de la Terre. Ce n'est pas une boule uniforme, elle est formée de plusieurs couches successives.
     D'abord la croûte terrestre, solide, relativement fine (5 km) ; ensuite vient la zone de subduction qui met en mouvement les plaques tectoniques, elle s'enfonce vers le manteau, lui-même divisé en manteau supérieur (visqueux) et inférieur (plus élastique encore que le supérieur). Le manteau est la partie la plus importante de la Terre, il représente 84% de sa masse et mesure 2300 km, c'est de cette partie que vient la lave des volcans. Vient ensuite le noyau, lui-même divisé en externe et interne. La partie extérieure, mesurant 1800 km est liquide, formée de fer essentiellement et d'autres métaux. D'une température de 4000 degrés, ce fer est aussi liquide que l'eau, c'est les courants de ce fer liquide qui provoquent l'effet "dynamo" et aboutit au champ magnétique terrestre. Le noyau interne (d'un rayon de 1600 km) composé également de fer est solide malgré la température de 5000 degrés. Cet état est dû à la pression très forte à cet endroit. Notons que le noyau interne ne tourne pas à la même vitesse que la Terre, il lui faut environ un millénaire pour faire un tour complet.

    La Terre est penchée sur son axe, c'est cette particularité qui fait les saisons, et donc... le zodiaque !

    La Terre elle-même semble se conformer à la définition de la vie. Cette théorie s'appelle l'hypothèse Gaïa, élaborée par James Lovelock. Selon lui, la Terre est un super organisme vivant, reliant tous les autres entre eux (comme chaque cellule de notre corps est un organisme complet qui, avec les autres, en forme un plus grand). Même si cette théorie écologique est controversée (mais absolument pas réfutée), sachons apprécier sa poésie et ses implications : notre planète, la Terre, est vivante ! Respectons notre berceau, notre mère, et protégeons-la comme elle nous protège.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :