• Poèmes d'Adonis - Poète libanais né en Syrie en 1930

    ***************** 

    Le voilà nu -
    Il ne trouve pour s'habiller
    que des paroles
     

    *****************

    Au bord de l'épuisement
    il ne trouve pour se reposer
    que son ombre
     

    ***************** 

    Il a fermé sa porte
    non pour enchaîner ses joies
    mais pour libérer ses chagrins
     

    ***************** 

    Il ne parle pas - il irradie
    avare de ses mots
    généreux d'étincelles
     

    ***************** 

    Il a demandé à la vie -
    Quand seras-tu mon amie
    Elle a répondu -
    Quand tu seras ami avec la mort
     

    ****************** 

    Si le jour parlait
    il annoncerait la nuit
     

    ****************** 

    Le crépuscule - seule couche
    Sur laquelle s'enlacent le jour et la nuit
     

    ****************** 

    Les rêves de la nuit sont les fils
    avec lesquels nous tissons
    les robes du jour
     

    ****************** 

    Dans la poussière je touche
    les doigts du vent
    Dans le vent je lis
    l'écriture de la poussière
     

    ****************** 

    La poussière a un corps
    qui ne danse qu'avec le vent
     

    ******************* 

    Le vent enseigne le silence
    Bien qu'il ne cesse de parler
     

    ******************* 

    L'arbre aime chanter des chants
    dont le vent ne se souvient pas
     

    ******************* 

    Que tu n'aies pas de secret
    cela aussi est un secret
     

    ******************* 

    On dit que l'imitation est facile
    Ah si je pouvais imiter la mer
     

    ******************** 

    Toujours j'oublie ce que je possède
    pour mieux me libérer
    de ce qui me possède
     

    ******************** 

    Il arrive
    que le soleil ne puisse t'éclairer
    alors qu'une chandelle t'illumine
     

    ******************** 

    Sortir de ma solitude
    mais pour aller où
     

    ******************** 

    Je m'arrête devant le miroir
    non pour me voir
    mais pour m'assurer -
    celui que je vois
    est-ce vraiment moi
     

    ******************** 

    Mes jours passés ont une tombe
    mais pas de cadavres
     

    ******************** 

    Hier en me réveillant
    j'ai vu le soleil se frotter les cils
    sur le verre de ma fenêtre
     

    ********************* 

    L'abîme que je survole me semble parfois
    ne pas être assez large pour mes pas
     

    ********************** 

    Chaque fois que je m'interroge
    je me divise en deux -
    moi et ma question
    La question cherche une réponse
    et moi une autre question
     

    *********************** 

    Je sais maintenant pourquoi
    ils louent parfois les ténèbres
    ceux qui ne rêvent que de lumière
     

    ************************ 

    Ecris -
    c'est la voie souveraine
    pour te lire toi-même
    et écouter le monde

    *************************

    Souhaite le bonjour à ton chemin
    si tu veux que le soleil t'accompagne
     

    ************************* 

    Pour être frère du matin
    il faut te lier avec la nuit
     

    ************************** 

    La vie est l'élixir de la mort
    et la mort ne vieillit jamais
     

    *************************** 

    L'espoir a des doigts
    Ils ne ramassent
    que des papillons morts
     

    *************************** 

    La lumière ne se défend pas
    La lumière assaille
    ou capitule
     

    *************************** 

    Le nuage a des pensées
    L'éclair les dicte
    le tonnerre les transmet
     

    *************************** 

    Si la mer était forêt
    les mots seraient oiseaux
     

    ***************************


  • Commentaires

    1
    Liza
    Samedi 30 Mars 2013 à 14:53
    Simplement sublime
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :