• Mars

    Mars, au relief ravagé

    Quatrième planète du système solaire et dernière planète tellurique, Mars partage avec la Terre et Vénus beaucoup de caractéristiques. Il est cependant plus petit, 6800 km de diamètre (à peu près la moitié de la Terre). Sa composition est très proche de celle de la Terre, à l'exception de ce qui fait sa particularité la plus connue, sa couleur rouge (disons rougeâtre) : Mars possède un sol extrêmement riche en oxyde de fer. Cette couleur rouge est visible depuis la Terre où l'on peut distinctement percevoir cet éclat rougeâtre, si bien que Mars est surnommé la "planète rouge" en opposition à la Terre, la "planète bleue". Mars est effectivement visible à l'oeil nu avec une magnitude maximale de -2,8, ce qui lui donne une luminosité relativement importante, mais moins impressionnante que Vénus ou même que Jupiter.

    Mars se distingue par une géographie très impressionnante, la plus contrastée des planètes : Mars a déjà le privilège de présenter le plus haut sommet connu du système solaire : le mont Olympus, qui culmine à 27000m !!! Ce qui le rend 6 fois plus haut que le mont Everest (point culminant de la Terre) pour une planète 2 fois plus petite.
    Le canyon de Mars, la Valles Marineris, est une formation extraordinaire également, c'est une véritable balafre sur la surface de Mars, qui mesure 4000 km de long, 700 de large et 10 de profondeur (l'Everest pourrait donc y tenir !). Pour comparaison, le Grand Canyon californien n'en fait que 2 de haut et 30 de large, et toujours pour une planète 2 fois plus petite !
    Mars est une planète toute en contrastes : si l'hémisphère nord présente des plaines lisses dues à d'anciennes coulées de lave, l'hémisphère sud, lui, montre un relief accidenté, plein de cratères d’impact et de volcans. Le Sud est en moyenne plus haut de 6 km que le Nord. Malgré cela, le Mont Olympus, point culminant de la planète se trouve au Nord, tandis que la Valles Marineris, dont la faille est le point le plus bas de la planète se trouve au Sud.
    Egalement d'un point de vue géologique, les deux hémisphères sont diamétralement différents : le Nord est poudreux, riche en oxyde de fer, le Sud est lisse, plus sombre.
    Cette différence entre les deux hémisphères viendrait d'un impact colossal qu'aurait subi Mars par un énorme astéroïde (entre 1000 et 2000 km de diamètre).

    Mars, contrairement à la Terre et semblablement à Vénus, possède un magnétisme très faible. En effet, le noyau métallique de Mars est complètement solidifié, l'effet "dynamo" est donc impossible mais résiduel, car Mars a eu aussi un noyau liquide.
    De même, Mars ne possède plus de volcanisme, mais son relief remarquable (notamment volcanique) montre que ce ne fut pas toujours le cas. Par contre, les volcans peu nombreux mais gigantesques témoignent, contrairement à la Terre où ils sont nombreux mais petits, d’une absence de tectonique des plaques. Mars est donc plus figé que les deux autres grosses planètes telluriques : Vénus et la Terre.

    Mars est également pourvu d'un gros contraste de température, d'une moyenne de -63 degrés certes mais variant de 26 degrés à - 143 degrés. Ceci est du, certes à l'éloignement du Soleil (Mars reçoit moitié moins de chaleur que la Terre) mais également à une atmosphère très peu dense (contrairement à Vénus qui enregistre les record de pression) et à l'absence d'océans d'eau liquide (contrairement à la Terre).
    Pourtant Mars aurait connu l'eau liquide, mais la dissipation progressive de l'atmosphère a provoqué la disparition de l'hydrosphère marsienne. En effet, une pression plus importante est nécessaire pour garder de l’eau. L'absence de magnétisme de Mars ne serait pas étrangère à cette histoire, en effet privés de magnétosphère comme sur la Terre, les vents solaires ont littéralement balayé l'atmosphère de Mars.
    Si Mars n'a plus d'eau liquide, il lui reste cependant des calottes polaires.

    Mars dispose de deux compagnons dans sa course autour du Soleil, deux petits satellites :
    - Phobos, le plus proche et le plus grand, est un objet petit et irrégulier. Sa plus grande dimension est de 27 km. Il semblerait que Phobos finira par s'écraser sur Mars dans certainement 11 millions d'années.
    - Deimos, le plus petit et le plus lointain, est tout aussi irrégulier que Phobos. Sa plus grande dimension est de 15 km.

    Mars ressemble beaucoup à la Terre. Il présente pourtant, contrairement à elle et à Vénus, une très grande hétérogénéité. Planète de contrastes, la mise en rapport avec l'affrontement, le combat, la tension que fait l'astrologie devient plus parlante.
    Mars donne effectivement cette impression de violence avec cette géographie extrême. De même ses températures montrent des variations très importantes, mais inversement à Mercure qui est binaire (double), soit froid, soit chaud (chaque hémisphère étant homogène), les variations de Mars offrent plus de nuances d'un point à l'autre. Nous ne sommes donc pas dans le même cas de dualité, mais plutôt dans une situation de violence, de tensions, avec des changements intenses qui montrent une brutalité et une inconstance bien loin de l'attitude constante et homogène de Vénus.
    Mars a connu des catastrophes, notamment un traumatisme d'une ampleur considérable : la chute d'un astéroïde géant. De même, le cataclysme programmé de la chute de Phobos (dont le nom signifie "Peur") sur Mars évoque encore plus l'urgence, l'agressivité, la menace et donc les qualités nécessaires pour se sortir de ces situations : courage, promptitude, réactivité...
    Mars se distingue de ses sœurs par son aspect de boule de pierre tandis que Vénus et la Terre sont en continuelle évolution, en mouvements internes. C'est sans doute cette opposition qui est à l'origine du symbolisme de détente des 2èmes et 3ème planètes, et du symbolisme de tension, de crispation de Mars.
    Mars s'oppose réellement à Vénus. Il s'agit là des deux planètes sœurs de la Terre, mais tandis que la première va de la Terre au Soleil (force centripète, impact pour la personne elle même : plaisir, attraction, charme, croissance...), le second va de la Terre vers l'extérieur (force centrifuge, impact sur le monde extérieur : action, conquête, combat...). Ensemble ces deux astres se partagent l'influence sur la vitalité et la libido car elles sont les plus proches de la Terre, elles forment un dipôle : Vénus attire ce qu'elle désire, Mars conquiert ce qu'il désire.
    Si Vénus est proche de la Terre (harmonie des mouvements, même homogénéité, même taille, même composition) et reste proche de son symbolisme (ce que l'astrologie exprime par l'exaltation de la Lune dans le premier domicile vénusien : le Taureau), Mars, lui, s'oppose à notre planète (petite taille, hétérogénéité, géographie extrême, absence de mouvement interne), son symbolisme s'éloigne ainsi énormément de celui de la Lune (chute de la Lune en Scorpion, deuxième domicile marsien et exil de la Lune en Capricorne, lieu d'exaltation de Mars). Mars avait un destin comparable à celui de la Terre, mais il n'a pas protégé la vie comme elle grâce à une Lune et une magnétosphère. Il a laissé se dissiper son atmosphère, s'est débarrassé de son eau (peut-être est-ce pour ça que nous l'avons assimilé au feu), Mars est donc contraire à la Terre, ses significations s'en éloignent. Autant la Terre et la Lune poussent à l'inertie et à la passivité, autant Mars encourage l'activité, le muscle et le mouvement.
    Comme leur planète maîtresse, les Marsiens aiment le contraste et faire pousser des volcans de colère ou de passion gigantesques !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :