• La phytothérapie, médecine douce


    quand traitement par les plantes rime avec santé au naturel

     

    La phytothérapie, signifie étymologiquement « le traitement par les plantes ». Il s'agit d'une méthode thérapeutique qui utilise l'action des plantes médicinales. Selon l'OMS, il faut distinguer deux types de phytothérapie. La première est issue d'une pratique traditionnelle et parfois très ancienne, dite de « remèdes de grand-mère ». Elle est basée sur l'utilisation de plantes selon des vertus découvertes de façon empirique. C'est une médecine dite parallèle du fait de l'absence d'étude clinique.

     

    La deuxième pratique est basée sur la recherche scientifique des extraits actifs des plantes. Cette pratique conduit aux phyto-médicaments et on parle alors de pharmacognosie. Il existe des précautions d'emploi car naturel ne signifie pas forcément bénéfique. Certaines plantes contiennent des principes actifs extrêmement puissants voire même toxiques. La phytothérapie est la médecine la plus vieille du monde. Le premier texte connu a été rédigé, 3000 ans avant Jésus-Christ, par les Sumériens qui utilisaient des plantes telles le myrte, le chanvre, le thym et le saule. 1500 ans avant Jésus-Christ la civilisation pharaonique disposait d'une médecine basée sur les plantes et des papyrus citent des centaines de plantes. 400 avant Jésus-Christ, Hippocrate, le père de la médecine, utilisait les écorces de peuplier et de saule comme remède contre la fièvre. Il a d'ailleurs écrit un traité sur 250 plantes médicinales. En phytothérapie, les plantes peuvent être utilisées fraîches ou séchées. Traditionnellement, les plantes sont administrées sous forme d'infusion, de décoction ou de macération.

     

    Un procédé plus récent permet d'obtenir l'ensemble des principes actifs par broyage fin de la plante après séchage. La poudre est ensuite macérée dans un mélange d'eau et d'alcool. Le tout est séché jusqu'à obtention d'une poudre qui sera présentée sous forme de comprimés ou gélules. On obtient une huile essentielle par la technique de distillation à la vapeur d'eau. On compte environ 2 000 plantes utilisées en herboristerie. Les domaines d'application de la phytothérapie sont très variés. Les plantes peuvent traiter quasiment toutes les maladies.

     

    Il faut cependant toujours garder à l'esprit qu'elles ne sont pas inoffensives La phytothérapie n'est pas une alternative à l'allopathie, c'est à dire la thérapie par les médicaments de synthèse, mais elle en est un complément très intéressant. Depuis 1989, la DGCCRF, direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes, a mis en place un plan de suivi des compléments alimentaires. Ce marché qui affiche des performances de croissance attire des personnes peu soucieuses de la réglementation. D'après le dernier rapport d'activités de la DGCCRF, un nombre de plus en plus important de compléments utilise des plantes non autorisées. Ces plantes sont actives et elles peuvent avoir des interactions avec des médicaments.

     

    Si l'efficacité de certains compléments alimentaires peuvent faire l'objet de controverse, les consommateurs de phytothérapie semblent satisfaits et l'engouement pour ces produits ne se dément pas. La phytothérapie apparaît comme une réponse aux maladies qui caractérisent notre société actuelle, comme le stress, l'insomnie ou la dépression.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :