• La marmite miraculeuse


    Sur le terrain dont il était locataire, un paysan trouva une très grande marmite. Il l’emporta chez lui, ravi de son acquisition. Alors qu’elle était posée dans un coin de la cuisine, un oignon tomba accidentellement dedans.

    Le paysan se pencha pour l’atteindre, ses pieds touchant à peine le sol. Aussitôt qu’il l’eut récupéré, quelle ne fut sa stupéfaction lorsqu’il découvrit un oignon identique à la place du premier. Il le retira et aussitôt un troisième apparut.

    Comprenant que la marmite reproduisait à l’infini tout ce qui se trouvait à l’intérieur, le bonhomme se mit à hurler et à danser de joie.

    Le propriétaire du terrain, mis au courant de la situation, revendiqua la marmite, arguant qu’ayant été trouvée sur son terrain, elle lui appartenait. Le paysan refusa tout net. Il estimait qu’étant locataire, il avait l’entière jouissance du terrain et de tout ce qui se trouvait dessus.

    Les deux hommes en vinrent aux mains. Le fils du juge passa au même moment. Lorsqu’il comprit l’objet de leur querelle, il exigea qu’on lui livre la marmite sur-le-champ en attendant que le juge tranche la question.

    Muni du précieux ustensile, il se précipita chez lui et jeta une poignée de pièces d’or à l’intérieur. Les pièces se reproduisirent comme prévu et le jeune homme se mit à les multiplier avidement.

    Plus tard son père le trouva en train d’amasser une montagne de pièces d’or.
    « Voleur ! S’écria le juge. Pourquoi t’es-tu permis de prendre cette marmite ? Tu as déshonoré notre famille ! »

    En quelques mots, le fils mit le père au courant de l’affaire. Ramené à de meilleurs sentiments et perdant la raison, ce dernier, émerveillé, s’approcha de la marmite et se joignit à son fils pour en sortir de nouvelles pièces. Emporté par l’enthousiasme, il perdit pied et tomba au fond du récipient.

    « Mon fils, sors-moi d’ici ! Hurla le malheureux juge.
    - Oui père ! Tout de suite ! » répondit le fils en lui tendant un bras secourable. Il hissa le vieux hors de la marmite, mais à peine celui-ci eut-il mis pied à terre que, du fond de la marmite, une voix hurla :
    « Mon fils, sors-moi d’ici ! »
    Le fils s’empressa de sortir son père une seconde fois, mais de nouveau la même scène se répéta :
    «  Mon fils, sors-moi d’ici ! »

    Le jeune homme compris alors qu’il était condamné à passer sa vie à sortir son père de la marmite, à moins qu’il ne cesse de vouer un respect absolu à son père.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :