• La légende Arthurienne


    La Légende arthurienne est un ensemble de textes écrits au Moyen Âge autour de la quête du Graal du roi Arthur. Elle est un thème fort de la matière de Bretagne.

    La matière de Bretagne ne présente pas l'unité de composition qui caractérise l'Iliade ou l'Odyssée par exemple. Il n'existe pas une légende arthurienne, mais des légendes arthuriennes, entre autres. Cela est dû aux nombreux auteurs qui ont assemblé ces traditions au cours des siècles, depuis les premiers moines collecteurs jusqu'aux écrivains qui l'ont enrichie, comme Chrétien de Troyes ou plus récemment Xavier de Langlais. Ainsi le nom des personnages et les circonstances de leur vie (jeunesse, hauts faits, mort) varient d'une époque à l'autre, d'un pays à l'autre. Il existe cependant une unité de lieu : le royaume mythique de Bretagne (Angleterre, Pays de Galles et Bretagne continentale), et une approximation de l'époque : le VIe siècle, soit après la chute de l'empire romain d'Occident, à l'époque des grandes invasions. Il ne s'agit donc pas de personnages médiévaux, même si leur popularité en France a été portée par des écrivains du Moyen Âge.

    Le cycle littéraire de la légende arthurienne est le plus connu des cycles de la matière de Bretagne. Il doit son succès à son statut de double récit, approché par de très nombreux auteurs depuis le XIIIe siècle. D'un côté Camelot, utopie chevaleresque, défaite par les conflits entre Arthur, Lancelot et Mordred, entre autres. De l'autre la fabuleuse quête du Graal, entreprise par de nombreux chevaliers, échouée par beaucoup (comme Lancelot), réussie par d'autres (son fils Galahad, notamment aidé de Perceval). Il est, depuis quelques siècles, centré sur des thèmes chrétiens, tels que la destruction de la vertu et de la morale par des hommes pleins de défauts, ou la recherche de la relique suprême, le saint Calice. Les relations amoureuses, telles que celle de Lancelot et Guenièvre, ou Tristan et Iseult sont les prémices de l'amour courtois, aujourd'hui bien connu des auteurs contemporains, comme l'incontournable Roméo et Juliette de William Shakespeare. Plus récemment, la tendance aura été de lier les légendes de la Table ronde à la mythologie celtique, surtout depuis le début du XXe siècle.

    Origines des légendes

    La matière de Bretagne tire sa source de la mythologie des Celtes installés dans les îles Britanniques et en Bretagne armoricaine, suite aux migrations du haut Moyen Âge. Les apports postérieurs (français, germaniques, chrétiens etc.) ont enrichi la légende originale et atténué en partie les origines celtiques.

    La thèse de Littleton et de Malcor

    Dans leur livre De Scythie à Camelot[2], Covington Scott Littleton, professeur d'anthropologie à Los Angeles et Linda Ann Malcor, docteur en folklore et mythologie, ont remis en cause l'origine celtique du cycle arthurien. Pour eux, le cœur de cet ensemble fut apporté entre le IIe et le Ve siècle par des cavaliers alains et sarmates. Ces peuples barbares, enrôlés dans les légions romaines, auraient répandu leurs récits mythologiques dans les régions où ils s'étaient installés, l'Angleterre et la Gaule principalement. Ces récits se nourriraient d'un terreau commun : l'ancienne Scythie (région de steppes au sud de la Russie et de l'Ukraine actuelles), région d'origine des descendants des Alains et des Sarmates.

    La thèse de Littleton et de Malcor se fonde sur trois principaux arguments : La culture des Ossètes (qui vivent aujourd'hui dans le Caucase), les cousins contemporains des Alains, possède des récits qui ressembleraient aux aventures d'Arthur et des chevaliers de la Table ronde. On y raconte notamment la saga du héros Batraz et de sa bande, les Narts. Dans cette histoire, il est, entre autres, question d'épée magique (Excalibur ?) et de coupe sacrée (le Graal ?) L'histoire des Sarmates et des Alains confirmerait leur rôle décisif dans la naissance du cycle arthurien. À partir du IIe siècle, ces peuples se sont installés, en tant que soldats de l'armée romaine, dans plusieurs régions de l'Empire Romain : le nord de l'Angleterre puis la Gaule. Or ces régions ont vu ensuite naître la légende arthurienne. De plus, Sarmates et Alains auraient été en contact avec des événements ou des personnages inspirateurs de cette légende. Selon eux des Sarmates d'Angleterre étaient commandés à la fin du IIe siècle par Lucius Artorius Castus, un officier romain qui serait le Arthur historique - cette interprétation de la carrière d'Artorius Castus n'est toutefois plus retenue par les spécialistes de l'histoire romaine[3]. D'autre part, les Alains ont participé au sac de Rome en 410 avec les Wisigoths d'Alaric et auraient dérobé à cette occasion des objets religieux chrétiens, point de départ à la légende du Graal. Des rapprochements étymologiques peuvent enfin être faits entre des personnages et des lieux du cycle arthurien d'une part et les Sarmates et les Alains, d'autre part. Le nom de Lancelot par exemple signifierait l'Alain du Lot.

    L'entourage du Roi Arthur

    * Guenièvre : épouse d'Arthur, amante de Lancelot du Lac
    * Merlin : magicien ayant porté Arthur sur le trône de Bretagne
    * Mordred : fils incestueux d'Arthur à qui il ôtera la vie
    * Morgane : magicienne et sœur d'Arthur, dont elle convoite la place
    * Morgause : sœur d'Arthur et Morgane, tout aussi maléfique
    * Uther Pendragon : père d'Arthur, roi légendaire de Bretagne
    * Viviane : dite La Dame du Lac, c'est elle qui offre Excalibur à Arthur
    * Ygraine ou Ygerne : mère d'Arthur, épouse du duc de Cornouailles et amante involontaire d'Uther


    Les chevaliers de la Table ronde

    * Accolon (Accolon de Gaule)
    * Agravain
    * Arthur (Arthus, Arthur Pendragon, Sanglier de Cornouailles)
    * Bedivere (Bedwyr)
    * Bohort (Bohort l'Essillié, Bors)
    * Calogrenant
    * Caradoc (Briefbras, Karadoc)
    * Gaheris (Guerrehet)
    * Galahad (Galahad le Preux, Galaad)
    * Galehaut
    * Gareth (Gareth le France, Gaheriet)
    * Gauvain (Faucon, Gawain)
    * Geraint (Érec)
    * Girflet (Jauffré)
    * Hector (Hector des Mares)
    * Hunbaut
    * Keu (Kay, Key)
    * Lamorak (Lamorak de Gulis)
    * Lancelot (Lancelot du Lac)
    * Leodegrans (Léodagan)
    * Lionel
    * Méléagant
    * Mordred (Mordret, Medrawt)
    * Pellinore
    * Perceval (Perceval le Gallois, Peredur)
    * Sagramor (Sagramor le Desrée, Sagremor)
    * Tristan (Tristan de Lyonesse, Tristam)
    * Yvain (Owain, le chevalier au lion)

    Lieux mentionnés dans le cycle arthurien

    * Aclud : ville d'Écosse où Hoël trouve refuge pendant la guerre contre Colgrin.
    * Avalon : île légendaire où ont résidé la Fée Viviane et Merlin l'Enchanteur.
    * Bade : Capitale du royaume de Gorre. C'est là que Méléagant retient Guenièvre prisonnière avant qu'elle soit délivrée par Lancelot.
    * Brandigan : Château du roi Evrain. Il abrite le verger de La Joie de la Cour.
    * Forêt de Brocéliande : Forêt où se situent le Val sans Retour de Viviane, le Tombeau de Merlin ou encore l'Hotié de Viviane.
    * Camelot, ou Camaloth : Siège de la cour du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde, capitale du royaume d'Arthur.
    * Caradigan : Résidence d'Arthur. C'est là qu'Érec annonce son mariage avec Énide à la cour.
    * Carleon : Deuxième ville du royaume d'Arthur après Camelot. Il y réunissait souvent sa cour.
    * Carrant : Ville où Érec et Énide vivent leur parfait amour. Résidence du roi Lac.
    * Glastonbury : Lieu que voient les non-initiés à la place d'Avalon.
    * Gorre : Royaume accessible uniquement par deux endroits : les ponts de l'Eau et de l'Épée.
    * Logres : Royaume maudit où ceux qui y entrent ne ressortent jamais. Lancelot arrivera à déjouer l'enchantement et à libérer ses habitants.
    * Outre Gales : Royaume du roi Lac.
    * Silchester : Ville où fut couronné Arthur, d'après Wace.
    * Tintagel : Château du duc de Cornouailles, réputé imprenable.
    * Veralemen : Résidence d'Octa. Il s'y fera tuer avec Ossa par Lot d'Orcanie.

    Objets Légendaires
    * Excalibur : épée magique d'Arthur, don de la Fée Viviane qui permit à son possesseur de réunifier la Grande-Bretagne.
    * Le Saint Graal : objet d'une grande richesse spirituelle, but de la quête du roi Arthur. On l'assimile à la coupe dans laquelle but le Christ lors de la Cène, avant la Passion.
    * La Table ronde : Table autour de laquelle se rassemblaient le Roi Arthur et ses meilleurs et plus fidèles chevaliers.
    * Le siège périlleux : siège de la Table ronde où seul le vainqueur de la quête du Graal pourra s'asseoir sans encombres.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :