• Jupiter

    Jupiter, le presque Soleil

    Avec Jupiter, on aborde une partie du système solaire bien différente : celle des planètes géantes gazeuses. Si les premiers astres étaient majoritairement solides et de taille modeste, les suivants sont constitués principalement de gaz (voire uniquement) et sont de taille très impressionnante.
    Jupiter est la planète gazeuse "type", au point que l'on surnomme ce groupe également "planètes joviennes".

    Jupiter est avant tout la plus grosse planète du système solaire, il mesure 143000 km de diamètre, soit plus de 11 fois la Terre ! C'est un géant fait de gaz, principalement d'hydrogène et d'hélium. La composition globale de Jupiter est très proche de la nébuleuse primordiale qui a donné naissance au système solaire et aussi au Soleil lui-même.
    Jupiter est aussi la planète la plus massive, c'est la seule, avec le Soleil, dont le barycentre (moyenne de la distance pondérée par la masse des astres) est hors de celui-ci. On a vu que son influence gravitationnelle est très grande dans le système solaire, allant jusqu'à interdire à Cérès de devenir une planète à part entière.

    Jupiter possède beaucoup de caractéristiques qui le rapprochent d'une étoile. Si Cérès est une planète avortée, Jupiter pourrait très bien être une étoile avortée. Il n'est pas assez massif pour réaliser la fusion atomique qui permet au Soleil de produire chaleur et lumière, cependant, Jupiter est l'une des seules planètes (avec Saturne) à rayonner plus d'énergie qu'il en reçoit du Soleil. En effet, Jupiter produit lui-même sa chaleur (en son centre, la production de chaleur est égale à celle qu'il reçoit du Soleil).
    Cette production est la résultante d'un mécanisme qui conduit Jupiter à se contracter sur lui-même. Notre géant perd 2 cm par an, on pense que quand il s'est formé, il était beaucoup plus chaud et deux fois plus grand.

    Jupiter est une planète spectaculaire, son atmosphère est perturbée par des vents d'une grande violence et par des tornades titanesques. La plus célèbre est la fameuse "Grande Tache Rouge". Cette structure est trois fois plus grosse que la Terre, les vents s'y déplacent à 700km/h. Elle est connue depuis plus de 400 ans. Depuis l'an 2000, on a pu observer une autre tache en train de se créer, elle résulte de la fusion de "petites" taches blanches, on la surnomme "petite tache rouge" depuis qu'elle a pris la même couleur que sa célèbre grande sœur.
    D’aspect extérieur, Jupiter semble paré de rayures horizontales. Ces bandes ne sont en fait que des nuages et des anticyclones (anticyclones car ils tournent à l'inverse de la planète, ce qui montre des zones de hautes pressions, mais contrairement à la Terre où les surpressions montrent un climat calme, sur Jupiter, il s'agit de tempêtes très violentes), témoins de l’évolution constante et du mouvement perpétuel de Jupiter.

    Jupiter a un rôle éminemment sympathique puisqu’il est aussi l'un des astres qui protègent la vie. En effet, Jupiter est un véritable bouclier à astéroïdes et à comètes. Grâce à son champ gravitationnel exceptionnel, Jupiter peut capter les objets qui foncent dangereusement vers le centre du système solaire et qui risqueraient de s'écraser sur la Terre. C'est lui qui reçoit ainsi le plus d'impacts de météorites, il est surnommé "l'aspirateur du système solaire".
    L'illustration la plus spectaculaire de ce rôle de bouclier fut en juillet 1994, la violente rencontre entre Jupiter et la comète Shoemaker-Levy 9. Jupiter a reçu de plein fouet cette comète fragmentée, choc violent dont la luminosité aurait été perçue depuis la Terre.

    Jupiter est la planète qui possède la plus grande cour de satellites, ceci étant bien sûr en relation avec sa grande attraction. Il en possède 63 (connus) et on sait qu'il capture régulièrement des astéroïdes de la ceinture (sa réserve de maîtresses !!!) et des comètes qui passaient par là.
    Surtout, Jupiter possède 4 énormes satellites que nous allons détailler : les lunes galiléennes, nommées ainsi en l'honneur de ce grand astronome (et astrologue) qui les a découvertes en regardant pour la première fois dans un télescope. Ces quatre lunes ont la particularité d'être des objets aussi gros que Mercure, voire plus gros ! Ils sont nommés en l'honneur des quatre conquêtes les plus célèbres de Zeus : Ganymède, Io, Europe et Callisto.

    Ganymède est le plus gros satellite du système solaire, il mesure 5200 km de diamètre, largement plus que Mercure, presqu'autant que Mars. Ganymède possède toutes les caractéristiques d'une vraie planète : il a une atmosphère (très tenue certes) ; un noyau interne métallique ; sa faible densité, par contre, indique qu'il est composé surtout de glace ; il a la particularité d'être le seul satellite à posséder une magnétosphère et enfin, il a la particularité d'avoir un anneau très fin de débris autour de lui.
    Callisto est le troisième satellite le plus important du système solaire (le deuxième est Titan de Saturne) avec 4800 km de diamètre. Callisto est la plus éloignée de toutes les lunes jupitériennes. Elle a la particularité d'être la plus conductrice des lunes sur le plan magnétique : le champ magnétique de Jupiter ne pénètre pas le cœur de Callisto. C'est un astre compact, bien que disposant d'une atmosphère tenue, Callisto est une boule de pierre (peut-être dotée d'un océan glacé). Comme Ganymède, elle possède un disque de débris autour d'elle.
    Io est le troisième satellite en taille de Jupiter (mais le quatrième dans le système solaire, le cinquième étant notre Lune), elle mesure 3600 km de diamètre. Elle est par contre la plus proche de lui. Io a la particularité d'être l'objet le plus actif de notre système solaire avec 400 volcans en activités ! Ces volcans peuvent projeter à plus de 500 km d'altitude leur soufre. Sa géographie montre un relief impressionnant avec des montagnes plus grandes que l'Everest. Io possède également une petite atmosphère grâce, notamment, à ce volcanisme important. Par ailleurs, Io interfère sur le champ magnétique de Jupiter (parce qu'elle traverse les lignes de ce champ) générant un peu d'électricité (Io vectrice de la foudre de Jupiter ?). De même, Jupiter envoie énormément d'ondes radio vers la Terre, Io semble les contrôler.
    Europe est la plus petite, avec "seulement" 3100 km de diamètre (ce qui la rend cependant bien plus grande que Pluton et Cérès). Europe n'en est pas moins la plus intéressante. Tout d'abord parce que son atmosphère, tenue également, est faite principalement d'oxygène ! Attention, il y en a bien trop pour que nous puissions respirer sur Europe. L'oxygène à cette dose nous brûlerait les poumons. Mais ce n'est pas tout, Europe est recouverte d'une couche de glace, sous laquelle pourrait probablement se trouver un océan liquide. Enfin, la surface relativement lisse du satellite prouve qu'elle possède une tectonique des plaques (contrairement à Callisto par exemple, dont la surface criblée montre une absence de renouvellement). De l'eau, du mouvement, une atmosphère, une planète tutrice qui produit de l'énergie... Tout cela fait d'Europe la candidate numéro 1 pour abriter une forme de vie extraterrestre (attention, il ne s'agirait toutefois pas de petits hommes verts, mais plus de bactéries telles qu'on les rencontre dans nos abysses).

    Pour la postérité nommons les autres satellites de Jupiter découverts après nos quatre "planètes" joviennes : Amalthée, Himalia, Elora, Pasiphae, Sinopé, Lysithéa, Carmé et Ananké ont été découverts durant la fin du XIXe siècle et durant le XXe. On avait "perdu" puis retrouvé (en 2000) Thémisto et Leda. Les autres (Métis, Thébée, Adrastée) furent découverts par les sondes spatiales, puis les années 2000 complétèrent la liste avec finalement les 63 connus.

    Jupiter est également suivi et précédé par un groupe d'astéroïdes appelés les troyens (Neptune et Mars ont également des troyens qui sont plus anecdotiques que ceux de Jupiter). Ils sont plus d'une centaine et portent les noms des protagonistes de la guerre de Troie. Ils sont bien sûr séparés en deux clans : le clan grec, situé 60 degrés avant Jupiter (Achille, Nestor, Agamemnon et Odysseus…) et en clan troyen, 60 degrés après Jupiter (Priam, Enée, Anchise...). Notons qu'il y a deux erreurs qui risquent de choquer les puristes de la mythologie, l'astéroïde Hector fait parti du clan grec, l'astéroïde Patrocle (le plus grand de cet ensemble) est du clan troyen !

    Mais ce n'est pas tout, Jupiter a en plus un système d'anneaux. Ceux-ci étant très fins et sombres comparés à ceux du "Seigneur des Anneaux", Saturne, ils restent quasi invisibles. Même si on croit souvent que seul Saturne possède un tel attribut, toutes les planètes joviennes en possèdent.

     

    Jupiter est la planète la plus impressionnante de notre système solaire, on peut réellement parler de système jupitérien tant sont nombreux les astres subissant son influence. Nous sommes vraiment en présence d'une mini étoile, qui produit son énergie, pousse son influence bien au-delà son orbite et fait danser plein d'astres autour de lui. Lui avoir donné le nom du maître de l'Olympe n'est pas une erreur.
    Jupiter représente bien cette force d'expansion, il irradie d'énergie et augmente régulièrement sa cour de satellites (ses nombreuses maîtresses et amants !). Cependant, ses excès lui valent de se réduire, comme si la planète, telle le Soleil encore une fois, se consumait littéralement, aboutissant à cet amenuisement. Le Jupiter astrologique se conduit effectivement en résonnance avec le Jupiter astronomique, c'est un Soleil plus petit, plus raisonnable, peut-être plus mûr, chez qui l'orgueil se charge de paternalisme et de protection, dont le rayonnement se veut partagé, la volonté est tournée vers la découverte d'autrui et la domination se fait tolérance et ouverture. Si le Soleil est le roi, Jupiter est un seigneur, il est donc plus proche de nous, pauvres mortels, il se veut plus concerné par notre sort, plus impliqué pour son peuple, plus humain, plus accessible aussi.

    Cependant, Jupiter est une étoile avortée (ratée si on veut être méchant), son rayonnement est limité. Jupiter veut être une étoile mais n'y arrive pas et à force d'essayer, il fini même par se rétrécir ! On trouve ici pas mal de défauts jupitériens : le manque de persévérance, la difficulté de tenir une promesse. L'image qu'il donne est plus importante que le fond, Jupiter veut paraître étoile, il ne l'est cependant pas. On accuse aussi souvent les jupitériens de faire de l'air et finalement de se dégonfler comme une baudruche après avoir épuisé leur réserve d’énergie. N'est-ce pas là exactement ce que fait leur planète maîtresse ?

    Jupiter donne l'impression d'un mini système solaire. En plus, ses quatre Lunes sont toutes des objets d'exceptions (intérêt de Jupiter pour l'exceptionnel, le spectaculaire). Peut-on rapprocher la diversité de ses satellites de l'ouverture jupitérienne ? Est-ce que l'intérêt de Jupiter pour les différences, sa tolérance, sa sympathie vis-à-vis de l'étranger vient du fait que la planète s'est entourée de quatre amants extrêmement différents, tous exceptionnels qui peuvent nous faire penser aux quatre éléments symboliques ?
    Io, la volcanique, qui conduit les éclairs de Jupiter, se rapproche du feu ; Callisto, la boule de pierre impénétrable, de la terre ; Europe, à l'océan glacé pouvant être fécond, de l'eau et Ganymède avec sa magnétosphère, de l'air. Ces satellites montreraient la facilité de Jupiter à se conjuguer avec des êtres très différents, sa sociabilité. Ils montrent également le besoin d'une cour, le besoin d'être flatté, admiré.
    Il serait peut-être intéressant d'analyser astrologiquement ces quatre satellites. Même si leur influence est perdue dans l'influence jupitérienne, peut-on imaginer que leur position autour du roi des Dieux influencerait son symbolisme ? Après tout Io guide bien les ondes radio de Jupiter et Callisto son champ magnétique. De même, il faudrait certainement faire attention à l'aspect de sextile avec Jupiter, puisque comme nous l’avons vu, 60 degrés avant lui et 60 degrés après se trouvent les troyens, valorisant cette zone de l'orbite jupitérienne.

    Notons que si Jupiter ressemble énormément au Soleil et en partage beaucoup de caractéristiques, il protège aussi la Terre. Et l'astrologie nous le montre bien en attribuant l'exaltation de Jupiter au Cancer, trône de la Lune (et aussi Vénus, l'amie de la Terre s'exalte en Poissons, deuxième domicile jupitérien). Jupiter montre également une analogie avec Vénus et la Terre : sa surface est en constante évolution, sa "géographie" change. Si sur Vénus et la Terre, c'est la roche qui bouge, se sculpte, s'érode (mais également les nuages importants chez les deux astres telluriques) pour changer d'apparence, sur Jupiter, ce sont les nuées, les tornades, les anticyclones qui tiennent lieu de relief et qui évoluent (les bandes de nuages et les tâches). On peut vraiment poser l'hypothèse qu’une planète qui évolue sur sa surface est à mettre en rapport avec des significations de détente, de douceur, de bien-être, que l'on regroupe sous le terme "humide" en astrologie.

    Fausse étoile, mais vrai seigneur de notre ciel, gourmand de tout ce qu'il peut trouver dans l'univers, traversant son orbite avec des hérauts qui l'annoncent avant, des émissaires qui le suivent et aussi toute une cour extraordinaire, Jupiter est le spectacle permanent de notre monde. La prochaine fois que vous verrez, peut-être un peu agacé, un jupitérien faire son show, n'oubliez pas qu'il veut en profiter car il sait que jour après jour sa planète maîtresse rétrécie. N'oubliez pas non plus qu'à l'occasion, un ami jupitérien peut vous éviter de prendre un astéroïde en pleine face...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :