• Histoire de l'acupuncture


    Etymologiquement, le mot « acupuncture » dérive du mot latin « acus » qui veut dire « aiguille» et de « pungere » signifiant « piquer ». L'histoire de l'acupuncture lui confère une appartenance à la médecine traditionnelle chinoise, et qui est un art thérapeutique inspiré d'une logique diagnostique, mais également celle thérapeutique sur une vision énergétique du taoïsme de l'Homme et de l'univers. Il s'agit de l'Homme et du microcosme, soumis à des règles identiques dans le but d'inspirer son mode de vie d'où sera constitué l'acte médical qu'est l'acupuncture.

    Les premiers indices relevant de l'acupuncture se situent à la période de l'âge de pierre (durant la dynastie Chang : du 16è au 11è siècle avant Jésus-Christ.) où, des aiguilles de bambou ou d'os serviraient au coulage du bronze. L'on y a retrouvé des traces telles que le « Nei Jing Su Wen » (recueil sur l'acupuncture), la technique de stimulation par la chaleur de points d'acupuncture par le biais du « moxa » (objet chauffant favorisant cette stimulation) appelée « moxibustion ». A cela s'ajoutent les massages, les drogues thérapeutiques, la gymnastique effectués de -500 à -220 durant la période des Royaumes combattants, en -206 avec la Dynastie Han ... Au fil du temps, les techniques de l'acupuncture traversèrent les époques, les civilisations, les continents et, au 17è siècle en Europe et plus précisément en 1679, l'on assista à l'introduction de cette forme de médecine traditionnelle chinoise, grâce au médecin Ten Rhyne, de la « Compagnie des Indes et Kæmpfer ». Au 18è siècle, ces mêmes techniques d'acupuncture furent consignées dans les recueils de Vicq d'Azyr et Dujardin. D'après certains écrits, ce serait Berlioz qui en 1810, aurait essayé l'acupuncture en France avant d'être suivi par d'autres médecins.

    Mais plus tard, en 1822, l'acupuncture fut confrontée à diverses difficultés, puisqu'elle fut censurée par l'empereur chinois et proscrite du programme du Collège médical impérial. Plus tard, ce fut au tour du fondateur et dirigeant de la République populaire de Chine (Mao Zedong) en raison de ses origines taoïstes contradictoires à celles de son idéologie : il était marxiste ! Fort heureusement, il rétablit plus tard, l'acupuncture au grand dam de tous !

    Aujourd'hui encore, Taiwan reste un endroit précieux de l'acupuncture traditionnelle où, les maîtres acupuncteurs persécutés par Mao se sont réfugiés. Et l'on retiendra même que George Soulié de Morant (1878-1955), Consul français en Chine, s'intéressa à l'acupuncture et en publia un traité servant de modèle de nos jours, tout en sachant que cette technique de médecine traditionnelle chinoise qu'est l'acupuncture revêt une importance indubitable au sein du domaine médical en Chine. Selon les pratiques d'acupuncture, les méridiens principaux (au nombre de 12 et, situés près des extrémités du corps humain) sont parcourus par des points correspondant à des zones stratégiques (environ 360). En effet, il paraît aisé de déterminer un point, en implantant l'aiguille dans la peau, à une zone insensible. Mais comment expliquer cette technique.

    Selon les techniques d'acupuncture, les 6 énergies sont le « Chao Yang », le « Tsiué Yin », le « Yang Ming », le « Chao Yin », le "Taé Yang » et le « Taé Yin » ; et les 8 entités viscérales sont classées selon 5 éléments que sont : le feu, le métal, l'eau, le bois et la terre ...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :